Baccalauréat

Un espace mondialisé

2e partie : Autres logiques d’organisation de l’espace mondial

____________________________________________________________

_______________

I. La mondialisation en débat

1. Mondialisation et altermondialistes: un débat politique

• La mondialisation intéresse l’ensemble des domaines d’une société : relations internationales avec la fin de labipolarisation, nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), Ùµmodes de vie et de consommation, culture. Les débats portent autant sur l’interprétation de ce processus historique que sur son acceptation et ses conséquences.

• Avec la chute du bloc soviétique et l’ouverture économique de la Chine, le système capitaliste libéral n’a plus de contre-modèle face à lui. Lamondialisation apporte une croissance générale mais apparaît aussi un processus créateur de fortes inégalités entre les acteurs (États, FMN), les territoires (à l’échelle du monde ou locale) et les populations.

• Des mouvements altermondialistes ont vu le jour depuis la fin des années 1990 : le mouvement ATTAC dénonce la domination de la «sphère financière», le Forum social mondial (FSM), tenu à PortoAlegre (Brésil) pour la première fois en 2001, veut proposer une alternative à la mondialisation libérale.

2. Les questions du développement

• Le PIB/hab. mondial est passé de 1800 à 6500 $ entre 1975 et 2000. Mais cette évolution est très variable régionalement. Les pays occidentaux ont progressé de 5500 à 20000 $, l’Asie orientale de 300 à 3000 $, l’Asie du Sud de 500 à 2000 $, l’Amériquelatine de 2200 à 6000 $, l’Afrique subsaharienne de 800 à 1000 $, quant à ex-bloc communiste, les États connaissent une baisse depuis les années 1990 (7000 $/hab. en 1990 et 5000 $/hab. en 2000).

• La mondialisation semble accentuer les inégalités sociales au sein des États. À la fin des années 1960, les 5% les plus riches aux États-Unis détenaient 17,5% des revenus alors que les 5% les pluspauvres en détenaient 4%. En 2001, les revenus détenus sont de 22,4% et 3,5%. Cette évolution est aussi sensible dans les pays moins avancés.

• La question alimentaire illustre ce débat sur les effets de la mondialisation. La malnutrition (850 millions de personnes dont 500 en Asie et 200 en Afrique noire) a globalement diminué en 20 ans (particulièrement en Chine) mais progresse dans certainesrégions (100 millions de plus en Afrique). Cette situation ne vient pas d’un manque de production mais d’une paupérisation des populations rurales des pays des tiers-mondes.

3. Les questions culturelles et environnementales

• Les altermondialistes dénoncent une américanisation des modes de vie, de consommation ou de culture à travers la maîtrise des États-Unis et de leurs FMN sur les marchésmondiaux. Certains États, comme la France, prônent d’ailleurs la notion d’exception culturelle pour les productions artistiques.

• Les questions environnementales ne sont pas absentes du débat. Les pluies acides, le réchauffement de la planète, la dégradation des sols, la déforestation, la désertification, les pollutions, les OGM ou la gestion des richesses naturelles sont quelques-unes desconséquences d’une croissance identifiée par certains à son seul aspect de hausse des productions à moindres coûts.

• La notion de développement durable défend l’idée d’un développement respectueux de l’environnement, d’un mieux-être social équitablement réparti et de formes de gouvernance. La conférence de l’ONU sur le développement et l’environnement (Rio de 1992), le Protocole de Kyoto (1997), pourlutter contre les pollutions atmosphériques, ou la mise en place de l’Agenda 21 sont les premiers éléments de réponse même si leur application reste très limitée.

II. La diversité des cultures et des langues

1. Un monde pluriel : les aires de civilisation

• Les civilisations restent des ensembles pertinents pour saisir ces diversités du monde. On peut les définir comme les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *